1999.394.6 | Mines Beaver, King, Bell et Jonhson, Thetford Mines, QC, vers 1940

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Mines Beaver, King, Bell et Jonhson, Thetford Mines, QC, vers 1940
Vers 1940, 20e siècle
Sels d'argent sur papier
15.1 x 23.4 cm
Don de la succession de Mr. Alfred Penhale
1999.394.6
Cet artefact appartient au : © Musée minéralogique et minier de Thetford Mines
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

À la fin des années 1950, des bâtiments et même des quartiers entiers de Thetford Mines seront menacés de disparaître. L'industrie de l'amiante a suscité leur construction ; elle entraînera bientôt leur destruction ou leur relocalisation.

Les compagnies minières contrôlent le sol et le sous-sol de la ville : des dispositions légales leur permettent de récupérer les terrains qu'elles ont loués lorsque l'expansion de leurs opérations le justifie. Les années cinquante, soixante et soixante-dix seront pour les Thetfordois l'époque des « grands dérangements » où plusieurs maisons et édifices seront relocalisés ou détruits.

  • Quoi

    Voici une vue aérienne de la ville de Thetford Mines avant l'époque des grands dérangements.

  • Le secteur touché par le premier grand dérangement sera celui de la rue Johnson (l'artère isolée entre les puits de mine au centre de la photo). Les édifices situés entre les puits des mines Bell (en haut à gauche) et Beaver (au centre, à droite) seront démolis et reconstruits ailleurs. Les résidences familiales seront pour la plupart relocalisées dans le quartier Saint-Maurice (en bas à gauche). Mais le quartier Saint-Maurice lui-même sera relocalisé lors du second grand dérangement.

  • Quand

    Cette photo a été prise avant 1953, année ou commence le premier grand dérangement qui durera pratiquement jusqu'en 1965. Le second grand dérangement aura lieu de 1970 à 1973.

  • Qui

    Pour procéder aux relocalisations, l'Asbestos Corporation of Canada fonde avec les compagnies Bell et Johnson une nouvelle société, la Relocations Limited. Cette société a pour mandat d'enlever tous les obstacles qui, à la surface, empêchent le développement de l'exploitation. Concrètement, cela implique le déménagement, « s'il y a lieu », des édifices concernés ou, dans le cas contraire, leur destruction.