1996.335.47 | Atelier de gobage, mine Johnson, Thetford Mines, QC, 1919

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Atelier de gobage, mine Johnson, Thetford Mines, QC, 1919
1919, 20e siècle
Gélatine argentique
10 x 13 cm
Don de Mr. Georges W. Smith
1996.335.47
Cet artefact appartient au : © Musée minéralogique et minier de Thetford Mines
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Pendant la Première Guerre mondiale, les femmes d'Europe et d'Amérique envahissent les usines et les ateliers pour remplacer les hommes partis au combat. Même si les femmes constituent en quelque sorte une main-d'oeuvre bon marché, leur présence accrue sur le marché du travail leur apporte une certaine émancipation. Elles obtiendront le droit de vote dans plusieurs pays. Au Canada, ce droit leur est accordé dès 1917, pour les élections fédérales seulement... Les Québécoises n'obtiendront le droit de vote au niveau provincial qu'en 1940.

  • Quoi

    Le scheidage ou cobbing, opération qui consiste à trier le minerai à la main et à séparer la fibre de la roche à l'aide d'un marteau, est effectué par des cobbers féminins, que les francophones appellent « gobeuses ».

  • La compagnie Johnson à Thetford Mines est celle qui emploiera le plus longtemps des « gobeuses », soit jusqu'à la fermeture définitive de son atelier de scheidage en 1963.

  • Quand

    Cette photo n'a pu être prise après 1919 car elle figure dans un ouvrage édité à New York cette année-là par l'Asbestos and Mineral Corporation (connue au Canada sous le nom d'Asbestos Corporation of Canada Ltd.) qui exploite des mines à Thetford Mines, Black Lake, East Broughton et Robertsonville au Québec ainsi qu'en Afrique du Sud. L'ouvrage, tiré à 1 000 exemplaires, s'intitule Asbestos: from Mine to Finished Product.

  • Qui

    Il y a dans l'atelier une trentaine de « gobeuses ». La moitié d'entre elles ont dix-huit ou dix-neuf ans. Celles qui ont plus de vingt ans songent peut-être à la grève de 1915. Le 20 octobre, soit deux jours après les hommes, elles avaient décidé de cesser le travail elles aussi. Leur courage n'avait malheureusement pas été récompensé, les compagnies ayant rejeté leurs demandes sous prétexte que celles-ci avaient été présentées trop tard.