1993-359 | Le chêne d'Évangéline

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Carte postale
Le chêne d'Évangéline
Papier
8.8 x 13.8 cm
Don de Deborah Robichaud
1993-359
Cet artefact appartient au : © Musée acadien de l'université de Moncton
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Selon la version louisianaise de la légende d'Évangéline, l'héroïne retrouve son bien-aimé Gabriel au poste des Attakapas (aujourd'hui Saint-Martinville), quelques années après l'exil de Grand-Pré.

La rencontre se fait sur le bord du Bayou Tèche, sous un grand chêne. C'est alors qu'Évangéline (Emmeline Labiche) apprend que Gabriel (Louis Arceneaux) s'est marié à une autre. Affligée de douleur, elle perd la raison et meurt peu après.

À la fin du XIXe siècle, on aménage un petit parc municipal à Saint-Martinville et on y désigne un de ses vieux chênes comme étant celui d'Évangéline. Le but est d'attirer les touristes dans la région. Cet arbre étant vandalisé en 1902, on doit en désigner un autre comme objet de vénération. Le « chêne d'Évangéline » actuel est le troisième à recevoir la distinction.

  • Quoi

    Le chêne d'Évangéline est considéré comme l'arbre le plus photographié en Amérique.

  • Le parc municipal à Saint-Martinville est visité chaque année par de nombreux touristes.

  • Quand

    La carte postale date des années 1920.

  • Qui

    En 1907, Felix Voorhies rédige un livre intitulé Acadian Reminiscences: The True Story of Evangeline dans lequel on retrouve non pas Évangéline et Gabriel, mais Emmeline et Louis.