19901015016 | La mine Standard à Shaughnessy, en Alberta, à la fin du dernier quart de travail précédant la fermeture de la mine, 15 janvier 1965

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
La mine Standard à Shaughnessy, en Alberta, à la fin du dernier quart de travail précédant la fermeture de la mine, 15 janvier 1965
15 janvier 1965, 20e siècle
Sels d'argent sur papier
20.3 x 25.4 cm
19901015016
Cet artefact appartient à : © Sir Alexander Galt Museum and Archives
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les relations de travail tendues sont une autre caractéristique de l'industrie charbonnière dans le sud de l'Alberta. L'exploitation minière est un travail saisonnier qui atteint sont point culminant en hiver pour ralentir durant l'été. Jusqu'en 1906, les propriétaires des mines exercent un contrôle quasi absolu sur les mineurs, établissant les salaires et les conditions de travail, les loyers des logements et des dortoirs fournis par la compagnie, ainsi que les prix du matériel acheté auprès de celle-ci. En 1906, le District 18 de la United Mine Workers of America commence à mobiliser les ouvriers des entreprises Galt à Lethbridge. La compagnie réagit vivement et il s'ensuit une dure et longue grève. Malgré la signature d'une convention collective, les dissensions demeurent et les ouvriers de l'industrie du charbon de Lethbridge déclencheront des grèves en 1909, 1911, 1919, 1923 et 1924.

Mais la grève de 1906 aura une conséquence positive. William Lyon Mackenzie King était venu à Lethbridge à titre de médiateur dans le conflit, et l'expérience qu'il y a acquise l'a amené à élaborer la Loi des enquêtes en matière de différends industriels (1907), établissant le principe d'une médiation par un tiers lors de conflits de travail au Canada. En fin de compte, ce fut une grève à la mine Galt no 10 à Shaugnessy en 1965 qui a incité les propriétaires à fermer la dernière mine de charbon en opération dans le sud de l'Alberta, tournant ainsi la page sur toute une époque.

  • Quoi

    La première convention collective signée par les ouvriers des mines de charbon de Lethbridge couvrait la période du 1er juin 1907 au 31 mars 1909. Les salaires des travailleurs de fond variaient d'un minimum de 15 5/8 cents l'heure pour les garçons nouvellement embauchés pour assurer l'aiguillage et transporter les pioches, à un maximum de 40 cents l'heure pour les opérateurs de pompe. La journée de travail était de huit heures.

  • Lorsque le District 18 de la United Mine Workers of America a réussi à s'implanter sur le terrain houiller de Lethbridge, d'autres améliorations furent apportées aux conditions de travail des ouvriers. Par exemple, à l'époque où les soins de santé universels n'existaient pas encore au Canada, le syndicat a signé au nom de ses membres une entente avec des médecins de la région qui s'engageaient à fournir des services médicaux aux ouvriers.

  • Quand

    Cette photo datant du 15 janvier 1965 montre un ouvrier de la mine Standard de Shaugnessy, en Alberta, à la fin du dernier quart de travail avant la fermeture définitive de la mine. Ce jour-là, les mineurs ont déclenché la grève pour des raisons salariales. La compagnie a répliqué en fermant la mine le 4 février 1965.

  • Qui

    Il est intéressant de noter que la première convention ne fait aucunement mention des salaires versés aux mineurs. Ceux-ci demeuraient liés par des contrats individuels, mais profitaient des mesures de protection accordées aux autres catégories d'ouvriers. Ainsi, ils allaient désormais bénéficier des services d'un peseur qui mesurait de façon juste et précise le poids du charbon qu'ils avaient abattu - facteur déterminant dans l'établissement de leurs salaires.