1989.69.117 | Touage de trains de bois près de Fredericton

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Photographie
Touage de trains de bois près de Fredericton
1911, 20e siècle
15 x 18.3 cm
Don de Sylvia Yeoman
1989.69.117
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Le travail de construction des trains de bois flotté en prévision du dernier voyage vers la scierie était complexe, et exigeait des mains habiles. Les trains étaient formés à partir des radeaux à l'intérieur de l'estacade. On assemblait habituellement ces derniers les uns aux autres en perçant au moyen d'une tarière des trous dans les billes, dans lesquels on insérait des chevilles de bois dur, puis on attachait le tout à l'aide de cordage. Les trains pouvaient être constitués d'une douzaine de radeaux ou plus, liés ensemble avec de la corde. Certains trains étaient énormes, contenant jusqu'à 140 radeaux et s'étendant sur une distance de près d'un kilomètre. Mais la plupart se limitaient à 12 ou 13 radeaux et mesuraient environ 46 mètres.

Au début, les trains de bois flotté étaient équipés d'une voile, et on les dirigeait au moyen de longues rames. Ils pouvaient parcourir plus de 150 kilomètres en 24 heures.

Source : circuit web 'En bûcher un coup : La vie de bûcheron au Nouveau-Brunswick' de Musée du Nouveau-Brunswick (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Les tarières devaient avoir au moins 1,5 mètre de hauteur, pour que les « cageurs » puissent les manipuler en se tenant debout sur une bille flottante.

  • Les cageurs s'abritaient sous la tente ou dans des appentis ; ils étaient accompagnés d'une popote flottante recouverte d'un toit en bois où le cuisinier pouvait faire un feu.

  • Quand

    Vers la fin du XIXe siècle, les remorqueurs à vapeur avaient pratiquement remplacé les voiles et les rames. C'est eux qui dorénavant remorquaient les trains de bois vers les scieries.

  • Qui

    En août 1888, Hugh Robertson, de Saint-Jean, a lancé sur les eaux un train géant en forme de cigare, en Nouvelle-Écosse. Il contenait 22 000 billes.