1977.102 | Convoyeur pour la sélection de la fibre brute, vers 1919

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Convoyeur pour la sélection de la fibre brute, vers 1919
Vers 1919, 20e siècle
Sels d'argent sur papier
16.3 x 20.4 cm
Don de M. René Bureau
1977.102
Cet artefact appartient au : © Musée minéralogique et minier de Thetford Mines
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Au cours de la Première Guerre mondiale, pendant que des hommes de Thetford Mines, de Black Lake ou d'Asbestos peinent dans les mines, d'autres s'enrôlent dans l'armée. L'industrie de l'amiante pallie leur absence en embauchant encore de très jeunes travailleurs. En 1915, un inspecteur rapporte qu'à Thetford Mines des enfants quittent l'école avant d'avoir quatorze ans pour entrer à l'atelier. Quoi d'étonnant ? Il ne sert pas à grand-chose d'interdire le travail des enfants si par ailleurs, on ne les oblige pas à aller à l'école. Or, il n'y aura pas de loi sur l'instruction obligatoire au Québec avant 1942 !

  • Quoi

    Des enfants sélectionnent la fibre brute qui défile sur un convoyeur.

  • Cet atelier se trouve probablement à Thetford Mines ou à Black Lake.

  • Quand

    Cette photo n'a pu être prise après 1919, puisqu'elle a été reproduite dans un ouvrage édité à New York cette année-là et intitulé Asbestos: From Mine to Finished Product.

  • Qui

    Il pourrait s'agir de fils d'immigrants ukrainiens, mais ce sont fort probablement de petits Canadiens français. Ceux-ci ont peut-être eu, malgré tout, la chance de s'instruire un peu avant d'entrer à l'atelier, car dans la région de Thetford Mines, ce ne sont pas les établissements scolaires qui manquent. Citons le Collège La Salle, dirigé par les Frères des Écoles chrétiennes, le Couvent Saint-Alphonse et l'école modèle mixte de Saint-Maurice, dirigés par les Soeurs de la Charité de Québec, sans parler de plusieurs petites écoles tenues par des « maîtresses » (institutrices laïques).