1971.22.123 | Couteau

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Créer un nouveau duo
Couteau
Vers 1900, 20e siècle
11.5 x 3.6 x 20.4 cm
Don du Dr. Berton A. Puddington Estate
1971.22.123
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Dans les camps de bûcherons, le travail n'occupait pas la semaine entière, car le dimanche était congé pour tous, sauf pour le cuisinier. Le samedi soir était consacré à diverses formes de divertissement : on faisait de la musique, on chantait et dansait, on se racontait des histoires et on jouait à des jeux. Le dimanche, les hommes en profitaient pour faire un peu de lessive, raccommoder leurs chaussettes, sculpter du bois ou continuer une histoire entamée la veille.

Des couteaux croches étaient souvent fabriqués à partir de vieilles lames de rasoir limées que l'on fixait à un manche en bois sculpté. Conçus selon une méthode élaborée à l'origine par les Premières Nations, ces couteaux étaient employés pour les travaux de ferme et forestiers ainsi que pour fabriquer des colifichets et d'autres décorations créatives.

Source : circuit web 'En bûcher un coup : La vie de bûcheron au Nouveau-Brunswick' de Musée du Nouveau-Brunswick (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Sur le manche de ce couteau, on a sculpté un motif floral ou de feuillage.

  • Les boîtes de bois sculpté contenant de la résine d'épinette et munis d'un couvercle coulissant étaient très prisées dans les camps.

  • Quand

    Bien que les activités de sculpture au couteau eussent surtout lieu le dimanche, on pouvait s'y adonner subrepticement pendant quelques minutes le soir entre le dîner et l'extinction des lumières.

  • Qui

    À titre de présents, on envoyait aux êtres chers toutes sortes d'objets créés au moyen du couteau tordu, comme les boîtes de résine d'épinette.