1964.89 | Le départ de St. John's

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Dessin
Le départ de St. John's
Henry Hope Crealock
1862, 19e siècle
Encre et blanc opaque
37.1 x 76.6 cm
1964.89
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

L'affaire du Trent est la crise diplomatique la plus grave entre les États-Unis et la Grande-Bretagne durant la guerre civile américaine. Il y avait à bord du navire britannique Trent deux émissaires, James Mason et John Slidell, représentant les États confédérés d'Amérique, un regroupement d'États qui s'étaient séparés des États-Unis au début de 1861. Mason et Slidell étaient partis de Cuba à destination de Londres avec pour mission d'obtenir des puissances européennes une reconnaissance diplomatique pour les Confédérés. Le 8 novembre 1861, le capitaine Charles Wilkes du San Jacinto, un bateau de la marine américaine, fait feu sur le Trent, arraisonne le navire et arrête Mason et Slidell. Cette violation des droits de visite en territoire neutre, au mépris flagrant de la loi internationale, soulève un tollé en Grande-Bretagne. Avec la menace grandissante d'un conflit entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, il devient de plus en plus important de renforcer les défenses militaires de la Grande-Bretagne dans ses dernières colonies d'Amérique du Nord. Si la guerre éclate, les colonies canadiennes seront sur la ligne de front du conflit militaire.

Au cours des semaines et des mois suivants, des milliers de soldats arrivent au Nouveau-Brunswick. Considérées comme des renforts à un système de défense inadéquat, les troupes sont les bienvenues et sont traitées avec le respect dû à une armée de défenseurs et de protecteurs. Si plusieurs des troupes restent au Nouveau-Brunswick, d'autres sont envoyées par voie terrestre au Québec et en Ontario afin de surveiller les défenses militaires au sein de ces colonies, comme l'illustre ce dessin.

  • Quoi

    Henry Hope Crealock (1831-1891), l'artiste, est au centre du dessin. Il porte des bottes foncées et un manteau de fourrure. Il est en train de négocier avec le fournisseur du traîneau.

  • Tout au long de son service militaire, l'artiste, Henry Hope Crealock, a accompagné l'armée britannique en Crimée, en Chine, en Inde, en Russie, en Autriche et dans le Zoulouland.

  • Quand

    Henry Hope Crealock, l'artiste, s'est enrôlé dans l'armée britannique en 1848 à l'âge de dix-sept ans.

  • Qui

    Bien que non visibles à moins de regarder l'image en gros plan, les noms des sujets sont indiqués sur le dessin : le colonel Henry Hope Crealock, l'artiste ; le colonel Shadwell ; le colonel Pearson des Grenadier Guards ; le général Rumley ; le major-général Lord Frederic Paulet ; le capitaine Grant Gordon des Scots Fusiliers Guards et le capitaine W.F. Seymour des Coldstream Guards.