1964.147L | Camp de bûcherons à Ferry Bank, Oromocto, N.-B.

 
La plus récente version du plugin Flash doit être installée
Get Flash Player
Creative Commons License
Photographie
Camp de bûcherons à Ferry Bank, Oromocto, N.-B.
Vers 1897, 19e siècle
21.1 x 27.2 cm
Don de George I. Higgins Estate
1964.147L
Cet artefact appartient au : © Musée du Nouveau-Brunswick
Description
Mots-clés : 
Sélectionner l'image (Votre sélection d'image est vide)

Commentaires des visiteurs

Ajouter un commentaire

Clefs pour l'histoire

Les premiers temps, tout ce dont une équipe de bûcherons avait besoin était un attelage de boeufs, deux ou trois haches d'abattage, une doloire pour l'équarrissage des grumes, quelques barils de lard et de farine et peut-être un tonneau de rhum. Les hommes étaient logés dans une cabane en bois rond d'environ un mètre et demi de haut, dotée d'un toit en écorce de bouleau et tapissée de branches de sapin ; un foyer se trouvait en plein milieu ou d'un des côtés. Fatigués de s'éreinter à essayer de gagner leur vie en travaillant la terre, de nombreux fermiers ont tout abandonné pour se rendre en forêt, attirés par la possibilité de gagner un salaire et les privilèges tant vantés de cette nouvelle vie.

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, les rudes conditions d'hébergement se sont peu à peu améliorées. Les camps situés dans des endroits plus reculés pouvaient avoir plusieurs bâtiments et employer plus de 100 hommes à temps plein. Les composantes essentielles de ces camps étaient le dortoir et la « cookerie », de même que la cache, où étaient stockées les provisions du camp.

Source : circuit web 'En bûcher un coup : La vie de bûcheron au Nouveau-Brunswick' de Musée du Nouveau-Brunswick (Voir sous l'onglet Liens)

  • Quoi

    Les habits du bûcheron comprenaient des sous-vêtements chauds, un pantalon et des chaussettes de laine, plusieurs chemises et, au besoin, une veste Mackinaw pour couper le vent.

  • À partir de la ville de Saint-Jean, Oromocto est situé à environ 150 kilomètres en amont de la rivière Saint-Jean.

  • Quand

    Cette photographie a été prise en 1897.

  • Qui

    Les hommes de chantiers, en dépit de leur allure fruste, leurs cheveux ébouriffés et leur barbe hirsute, se distinguaient souvent par leur amabilité et la noblesse de leur comportement.