Porte-étendards de l'identité acadienne

5 suivantesConclusion
Introduction CN-1-166 CEA2004.a 1.88-1 PA1-392 PA1-2645 PB2-89 69.92.619 65.4.4
 

Introduction

Centre d'études acadiennes,2005

À la fin du 18e siècle, pour stabiliser leur position à la suite de la Déportation, les Acadiens commencent à réclamer aux autorités britanniques des provinces Maritimes le droit à la propriété.

Après avoir obtenu le droit de vote au début du 19e siècle, les catholiques francophones des différentes provinces Maritimes intègrent de plus en plus l'arène publique. En fait, après 1867, ils s'engagent graduellement dans la vie politique, tant régionale que provinciale ou fédérale.

C'est pendant la Renaissance acadienne, à partir des années 1860, que les élites acadiennes précisent leurs positions sur l'identité acadienne et le nationalisme : religieux et intellectuels prônent entre autres la promotion de l'éducation et de la langue française et favorisent une plus grande participation politique, considérée comme une voie vers l'émancipation. Cette prise de conscience se manifeste en particulier lors des grandes conventions nationales qui sont organisées à partir de 1881.

Au Nouveau-Brunswick, le 20e siècle acadien est quant à lui marqué par celui qui deviendra l'homme des grands changements, Louis-J. Robichaud. Premier ministre de 1960 à 1970, il lance un important programme de réformes qui vise à établir un équilibre socio-économique entre les habitants de la province et offre ainsi une « chance égale » à la société acadienne de se développer.

Cependant, tout n'est pas acquis pour les Acadiens, qui poursuivent leur débat de société, non seulement en prenant leur place au sein des partis politiques existants, mais aussi en créant leur propre parti. L'espace sociopolitique néo-brunswickois est ainsi investi par une nouvelle génération d,hommes et de femmes qui tiennent un discours renouvelé, plus en prise avec la réalité acadienne contemporaine. Entre autres avec la fondation du Parti acadien (1972-1982), la réflexion touchant les différentes facettes de la réalité acadienne ne cessera de progresser.