Lui, la mode au masculin

5 suivantesConclusion
Introduction M972.51.1-2 M2002X.6.1 I-27904.1 M972.81.13 I-42589.1 M973.49.7 M973.49.11.1-3 II-100033
 

Introduction

Gail Cariou, 2003

Redingote, jaquette, gilet, smoking... Tous ces vêtements font partie de la garde-robe de l'homme à la mode dans les années 1890. Seul le smoking (en vogue il y a 100 ans) est demeuré un symbole classique de l'élégant. Aujourd'hui, certains ne jurent que par Versace ou Parasuco, alors que d'autres sont attachés à un blouson de moto ou un chandail des Canadiens. Toutefois, peu d'hommes sont prêts à admettre qu'ils se soucient de la mode.

Au cours du 18e siècle, l'intérêt des hommes pour la mode est en plein essor. L'homme de goût expose sa richesse et sa classe sociale dans des vêtements extravagants et colorés. L'ornement des justaucorps et gilets pour hommes rivalise avec celui des robes des femmes.

Au début du 19e siècle, la mode est associée à l'univers féminin et ne constitue plus une préoccupation convenable pour un homme. En public, ce dernier doit exprimer son indifférence, mais il continue néanmoins d'exposer pouvoir, classe, richesse et personnalité par ses vêtements. Depuis deux cents ans, les couleurs sombres et les styles sobres, censés convenir à l'univers sérieux et « viril » des affaires et de la politique, dominent la garde-robe masculine. Démontrer trop d'intérêt pour les vêtements est considéré comme efféminé, mais les hommes trouvent néanmoins à exprimer leur originalité.

Le présent circuit décrit les vêtements portés à la fin du 19e siècle par les Montréalais élégants et prospères. Leur garde-robe est le reflet des nombreux changements d'attitudes qui ont influé sur les choix des hommes en matière de mode.

La définition de la masculinité a évolué, de même que la notion de bienséance. En ce début de 21e siècle, le rôle des hommes fluctue encore. Comment ces changements seront-ils reflétés dans les garde-robes masculines ? À partir d'où l'élégance est-elle exagérée-pour un homme ?