Un décor n'attend pas l'autre : les tables

Next 5Conclusion
Introduction I-760.1 I-1695.1 I-650.1 I-0.136 I-3063.1 I-7534.1 I-62671.1 I-99414
 

Introduction

Vers le milieu des années 1860, Notman ne disposait pas d'une « salle de travail » (ou studio, en langage moderne), mais de trois. Le studio principal, qui servait aux « portraits ordinaires » et aux portraits de groupe, se trouvait dans une grande annexe contiguë à l'arrière. La salle servait également d'entrepôt pour toute la panoplie de décors portatifs, de meubles et d'accessoires utilisés par Notman. Tel décor peint représentant une bibliothèque douillette convenait le mieux à un client? Tel siège devait être placé près de la fenêtre d'un petit salon pour un autre? Fallait-il des piliers grecs ou romains? Tout cela arrivait rapidement sur simple demande. Il était tout aussi facile de simuler un décor extérieur : il suffisait de faire entrer le décor choisi (monté sur roulettes) et de changer accessoires et mobilier. À trente secondes d'avis surgissaient un patio extérieur, un vallon en forêt, un ruisseau rustique ou un paysage montagneux. Aucune photographie ne ressemblait à une autre. L'oeil d'artiste de M. Notman et la disposition habile des meubles et des tentures assuraient à chaque client un lieu nouveau et original et lui garantissaient surtout un portrait « bien ressemblant ».